Réplica en la película: Le Mépris

Le Mépris

La première version du film présentée en juillet 1963 n’a pas du tout plu aux producteurs Carlo Ponti et Joe Levine ; en effet, la présence de Brigitte Bardot étant un atout majeur pour la production américaine, il était dès lors incompréhensible et inacceptable que le montage définitif de Godard ne comprît pas de scènes de nu de l’actrice française. Les producteurs exigent ainsi des scènes supplémentaires au début du film et au milieu, montrant Bardot et Piccoli faisant l’amour, puis vers la fin, entre Bardot et Palance.

Raoul Coutard, directeur de la photographie :

« Ça a été un drame parce que Jean-Luc a été obligé de retourner un certain nombre de plans pour que les Américains finissent de payer le dernier versement et c’est Alain Levent qui les a tournés parce que moi j’étais sur un autre film à ce moment-là. Cela s’est passé complètement à la fin, c’est-à-dire qu’on avait fait l’étalonnage du film. On avait envoyé le film à Sam Levine et ensuite il a dit : “Non, non, ça ne va pas, je veux voir le cul de Bardot”. »
Godard détourne la commande par le tournage en décembre 1963 de la plus célèbre séquence du film (« Tu les aimes, mes fesses… Mes seins… Mes pieds… ? ») en masquant le corps de l’actrice par des filtres colorés (rouge, blanc et bleu, couleurs primaires qui reviendront sans cesse).

Pour vous aider

+ de Chansons à trous

Deja un comentario

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.